Dépakine: qui savait quoi quand ?

11889639294_62540ace13_bDépakine ? Mais on savait que ce médicament provoquait des malformations. Et puis, ça n’a rien à voir avec le Mediator. Allez hop, circulez. Encore une polémique inutile des médias. Voici un florilège de réactions de professionnels de santé quand on leur parle de la Dépakine. Car ce médicament est revenu dans l’actualité de manière fracassante : 10 000 femmes enceintes auraient utilisé ce médicament entre 2007 et 2014 alors qu’il est déconseillé pendant la grossesse. Les journaux ont immédiatement fait le lien entre la Dépakine et le Médiator tandis que des professionnels de santé, non sans aplomb, s’offusquent que l’on compare les 2 médicaments et fustigent une polémique inutile. Et pourtant, il s’agit bien d’un nouveau désastre. Je vous propose une série de 3 billets pour comprendre l’affaire Dépakine. Pour commencer, on doit se demander qui savait quoi et quand ?  Lire la suite

De toute façon, personne n’y comprend rien

hopital_53Les patients ne sont pas les seuls à avoir une notice. Les professionnels de santé aussi ont leur document d’information :  le Vidal, ce gros dictionnaire rouge, aussi représentatif de la profession médicale qu’un stéthoscope. Ce livre contient la plupart des RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit). Ce document est un résumé du dossier d’Autorisation de Mise sur le Marché approuvé par l’Agence du Médicament et informe les professionnels des conditions d’utilisation, des interactions,  des contre-indications, des mises en gardes, de la dose à utiliser ou des effets indésirables. On trouve des items assez techniques comme le mécanisme d’action, comment se comporte le médicament dans l’organisme, où va-t-il, que fait-il ? De bien ou de mal. Lire la suite

Le patient, le brevet et la notice

LyricaDepuis quelques mois, les médecins reçoivent de drôles de courriers. Bon, ce ne sont pas les courriers qui vous promettent bonheur, numéros du loto, guérison et retour de l’être aimé dans les 24h. Non. Pas non plus celui du plombier, serrurier, couvreur, ramoneur poseur de vitres présent exceptionnellement dans votre ville pour une durée limitée. Non. Ce courrier provient de 2 laboratoires génériques, Mylan et Sandoz. C’est plus banal. Mais il a de drôle qu’il conseille aux professionnels de santé de ne pas utiliser un de leurs médicaments ! Lire la suite

Le plus cher dans un médicament, c’est sa notice

Prenez votre boîte de comprimés préférés. Asseyez vous tranquillement à table. Observez la sous toutes les coutures. Puis ouvrez la boîte. Sortez en la notice et la plaquette de comprimé. Si vous avez du temps devant vous, ou que vous aimez les Rubik’s cube ou autre jeu de patience, dépliez la notice et tentez de la replier pour la remettre dans la boîte. Et maintenant, essayez de répondre à la question :  Quel est l’élément qui coûte le plus cher à fabriquer ? La boîte en carton? La notice en papier? La plaquette en plastique? ou le comprimé?
Lire la suite

A ce stade (ou comment se doper à l’insu de son plein gré) !

ST_vs_Gloucester_-_Match_-_23La Coupe du Monde de Rugby bat son plein. Les anglais, organisateurs de l’événement, ont offert le plus beau des cadeaux à la France en se faisant éliminer dès la phase de poule. Le coq gaulois peut chanter. Quelque soit son parcours, il aura surclassé la perfide Albion.  Et si les tricolores venaient à remporter le trophée suprême, l’outrage fait à ce XV d’une rose fanée serait total. Mais pourquoi je vous parle de ça au fait ? Car après tout, ce blog n’a pas vocation à accueillir tous les sports du monde (mais il peut prendre sa part). D’accord, j’avoue. Cet événement sportif est une excuse parfaite pour évoquer une  pratique moins glorieuse qui affecte tous les sports : le dopage. Mais pas n’importe lequel : le dopage à l’insu de son plein gré.  Lire la suite

Contre-indications de la codéine : faut décoder (et arrêter de déconner)

Thuoc-Neo-CodionPetite question simple : Un patient asthmatique peut-il prendre de la codéine ? Wouah l’autre,  trop facile comme question!
Vous vous êtes déjà rués sur le Vidal (pour les anciens) ou sur medicaments.gouv.fr (pour les modernes). Et vous avez trouvé la réponse ?  Ou plutôt, vous avez trouvé une réponse, parce qu’en fait ça dépend. Comment ça, ça dépend, ça dépend de quoi d’abord ? De la sévérité de l’asthme ? Rien à voir avec la médecine ou le patient hélas, nous sommes ici face à une situation qui défie la science et la logique.
Lire la suite

Non, la Biseptine n’est pas un « poison »

3305421__056266600_1640_19072013Ce soir, je découvre avec consternation un article dénonçant la Biseptine comme un poison. Cet article s’appuie sur la notice de la Biseptine qui précise que celle-ci peut passer dans le sang des nourrissons. Des parents s’alertent car les maternités prescrivent la Biseptine pour nettoyer le cordon des nouveau-nés. Je vous rassure tout de suite, les professionnels de santé ne cherchent pas à empoisonner vos enfants. Ils viennent de les faire naître, ce n’est pas pour les abîmer tout de suite après. On est là typiquement sur un problème de mauvaise information dans la notice.  Lire la suite