Zut de flûte, Donald Trump a raison !

8602762713_7f9701b88e_bJe ne pensais pas dire ça un jour. Mais voilà, Twitter est parfois magique. J’assume et je le dis encore une fois : Donald Trump a raison…sur la pilule contraceptive. En espérant qu’il nous réserve d’autres bonnes surprises comme celle-là car pour l’instant je n’ai rien vu de bien intéressant (et encore je suis poli). Non parce qu’en pleine campagne présidentielle, entre la nouvelle Grande Muraille de Chine séparant le Mexique et les Etats-Unis, ses remarques sexistes envers des journalistes ou ses propos outranciers sur les musulmans,  Donald Trump nous propose de rendre la pilule contraceptive accessible sans ordonnance. Non mais sérieusement, la pilule sans ordonnance. Ahahaha, quel fou furieux.

La pilule contraceptive disponible sans ordonnance aux US ?
Sauf qu’il s’agit d’une proposition parfaitement sensée et très intéressante pour le droit des patientes en leur facilitant l’accès à ce traitement. Il n’y a que peu d’arguments aujourd’hui pour interdire l’accès libre à la pilule contraceptive. Et la proposition de Donald Trump n’a rien de de fantaisiste ou de révolutionnaire. 3 Etats américains (l’Oregon, la Californie, l’Etat de Washington) autorisent déjà les pharmaciens à prescrire et dispenser une pilule contraceptive sans ordonnance. Et 12 Etats réfléchissent à des dispositions similaires. Donald Trump surfe sur un mouvement qui semble inexorable : la pilule ne nécessitera plus d’ordonnance dans un futur très proche.
Maintenant, imaginez qu’un candidat français fasse une telle proposition ? Souvenez-vous des réactions des représentants des gynécologues français (syndicats et sociétés savantes) quand les compétences des sage-femmes ont été étendues. Ubérisation de la médecine, danger pour les femmes et la Santé publique, médecins au rabais, volonté de tuer la médecin libérale,…  Que n’a-t-on pas entendu sur les dangers de confier de nouvelles attributions à des professionnels pourtant dédiés à la santé des femmes.

giphy-84Alors imaginez la pilule contraceptive sans ordonnance accessible sous la supervision du pharmacien. Je pense que les oreilles des pharmaciens siffleraient plus que 3 fois. Non mais on parle des pharmaciens, quoi. Ces gens n’ont même pas de clause de conscience.  Ils sont plus apparentés à des épiciers ou à des distributeurs automatiques de canette qu’à des professionnels de santé voyons.

Pendant ce temps aux US,  l’équivalent du CNGOF (Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français) a carrément recommandé dès 2012 que les pharmaciens puissent prescrire la pilule contraceptive car il en va de l’intérêt…des patientes. Oui, oui, vous avez bien lu. Ce sont les gynécologues américains qui ont demandé l’accès à la pilule sans ordonnance.

Et les gynécologues américains balayent l’argument du danger de santé publique d’un revers de la main en proposant un truc de dingue : FAIRE CONFIANCE AUX FEMMES. Non mais c’est qui ceux-là ? Faire confiance aux femmes. Ils ont oublié l’histoire du pauvre Adam ou quoi ? C’est quoi encore cette nouvelle mode outre-Atlantique ?

Un questionnaire pour évaluer l’utilisation de la pilule
Selon l’American College of Obstetricians and Gynecologists, il y a un grand nombre de preuves montrant que les femmes sont capables d’évaluer si l’utilisation de la pilule contraceptive est possible à l’aide d’un pharmacien et d’un simple questionnaire. Et bien en France, un questionnaire existe déjà. L’ANSM a ainsi établit une liste de questions assez simples pour aider les médecins à décider s’ils peuvent prescrire ou non la pilule contraceptive. Les pharmaciens sont tout à fait compétents pour vérifier ces conditions avec la patiente avant de lui prescrire la pilule. Et puis, d’autres outils existent à la disposition du pharmacien comme par exemple ce guide du Center for Disease Control and Prevention (CDC) présentant les critères d’éligibilité aux différents moyens de contraception.

summary-chart-us-medical-eligibility-criteria_508tagged-1_page_2 summary-chart-us-medical-eligibility-criteria_508tagged-1_page_1

Ainsi, les gynécologues américains soutiennent qu’avec une formation adaptée et ces 2 outils (le guide et le questionnaire-checklist), les pharmaciens sont en pleine capacité de dispenser le médicament en toute sécurité. Et cette facilité dans l’accès à la pilule a également montré un taux élevé d’adhésion des femmes à cette contraception.

Les gynécologues américains insistent également pour rappeler que la prescription d’une pilule contraceptive ne nécessite ni le dépistage d’une IST (infection sexuellement transmissible) ni le dépistage d’un cancer du col de l’utérus. Pas de prise de sang, pas de palpation des seins et pas de frottis pour obtenir une pilule ! La prescription d’une pilule, ce n’est pas la révision des 15 000 km !

Quant au risque d’embolie, il est très inférieur à celui qu’encoure une femme enceinte. Le bénéfice-risque est positif.

Encore plus intéressant, la société savante pointe le fait que les femmes auraient une approche plus prudentes que les prescripteurs eux-même sur les contre-indications et qu’elles rapportent plus facilement les risques de contre-indication quand la pilule est sans ordonnance. Pourquoi je ne suis pas étonné ? De ces études, il en ressort que :

  • les femmes ont utilisé correctement ce médicament sans prescription
  • le risque d’utilisation de la pilule malgré une contre-indication était similaire que la pilule soit avec ou sans ordonnance.

Si la recommandation des gynécologues américains était étendue à tout le pays, les USA rejoindrait la liste des ceux qui ont déjà autorisés formellement (ou non formellement) l’accès à la pilule contraceptive.

crrdl3fweaa7ogb

(Source ici)

Et c’est là que j’aime (ou déteste ça dépend du point de vue) Twitter. Car en soutenant l’idée de la contraception sans ordonnance, on croise forcément des personnes réticentes à une telle évolution. Et parmi elles, un gynécologue qui fait de l’examen des seins un préalable à toute prescription de pilules ! Pardon ???

Pourtant, quoiqu’en dise ce gynécologue, tout ceci ne sert à rien. Les pharmaciens américains ne sont pas devenus expert ès palpation des seins (ou de l’utérus) pour délivrer la pilule contraceptive sans ordonnance. En plus du questionnaire, ils réalisent une mesure de la tension artérielle et un calcul de l’indice de masse corporelle. Et basta !

Alors je me dis que si un gynécologue explique sans sourciller et du haut de son autorité que l’examen des seins est un préalable inévitable à la prescription d’une pilule, ça mérite bien un deuxième billet pour démonter l’idée reçue que l’examen systématique des seins aurait un intérêt pour dépister un cancer.

En attendant, voici l’excellente vidéo du Docteur et écrivain Martin Winckler.

 

Advertisements

3 réflexions sur “Zut de flûte, Donald Trump a raison !

  1. AS dit :

    Lors de ma dernière visite chez une nouvelle gynécologue pour une prescription de pilule contraceptive, je me suis assise en tout et pour tout 5 min devant son bureau. Je la rencontrais pour la 1ère fois.

    Cette « professionnelle » de la médecine et de la santé des femmes n’a réalisé aucun examen, pas même une prise de tension ou une prise de poids. La seule question qu’elle m’ait posée portait sur ma consommation ou non de cigarette.

    28 euros pour un bout de papier et un flagrant délit d’hypocrisie de ces « experts » de la santé des femmes. Il ne faudrait évidemment pas tomber dans le piège de la généralisation, mais face à cet exemple du quotidien, je ne peux qu’être d’accord avec votre billet. Nous économiserions temps, argent et arriverions sans doute à une prescription plus adaptée avec un questionnaire et les conseils d’un pharmacien.

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s