Hé l’Autorité de la Concurrence, ramène pas ta fraise (tagada) !

🎼 🎤J’ai commandé du Néocodion
Parce que les fleurs c’est périssable
Puis le Néocodion c’est tellement bon
Avec le Phenergan c’est alcoolisable
Surtout mélangé au Bourbon.
J’ai commandé du Néocodion 🎤

Ce refrain m’est venu en lisant l’avis de l’Autorité de la Concurrence sur la vente de médicaments sur Internet.

ChCXMCHWUAE8FkF
(Source ici)

giphy (9)L’Autorité de la Concurrence affirme, tranquillement, calmement, sérieusement (??) que la plupart des médicaments sans ordonnance ne font courir aucun risque majeur aux patients. Médicament – trois petits points plus loin – aucun risque. Haribo, c’est beau la vie, pour la Concurrence et ses amis. Vous avez trop joué à Candy Crush à l’Autorité, ce n’est pas possible autrement. Comment une telle instance peut tenir ces propos proches du café du commerce – Et c’est 2 sucres dans mon café Marcel – alors qu’on s’attend à une argumentation solide et pertinente ?

Oui, je sais, Annie aime les sucettes. Mais les pastilles Drill à l’Anis ce n’est pas des bonbons Annie. Alors prend tes jambes à ton corps, et retourne au drugstore.

Le détournement d’usage des médicaments sans ordonnance : un problème de Santé Publique
Fin 2015, l’ANSM a été contrainte de retirer du libre accès plusieurs médicaments pour éviter leur usages détournés par de jeunes consommateurs. Dans la liste, on retrouvait le Doli Mal de Gorge. Ce sirop contient un antiseptique et un anesthésique (la tétracaïne). Soit, une composition similaire aux pastilles Drill à l’Anis. Ce que l’Autorité de la Concurrence semble considérer comme de simples pastilles peut vite devenir un problème de Santé Publique, surtout si un rappeur français s’en mêle et se met à inventer un mélange avec ces pastilles pour copier ses confrères américains, grands promoteurs du Purple Drank.

Me and My Drank
Cette mixture mélange un anti-allergique, un sirop contre la toux dérivé de la morphine, et de l’alcool. Le rappeur Lil Wayne, en plus d’en faire le titre d’une de ses chansons, a été hospitalisé en 2013 dans un état critique suite à un abus de Purple Drank. Le titre de sa chanson Me and My Drank a bien failli devenir son épitaphe.

En France, les premiers cas d’intoxication sont apparus la même année. Et ce sont les pharmaciens présent sur le terrain qui ont tiré la sonnette d’alarme. Car bon courage pour identifier les mésusages avec les ventes sur internet. Devant ces demandes incongrues d’adolescents souhaitant acheter librement ces 2 médicaments sans ordonnance, les pharmaciens ont prévenu l’ANSM. Et en attendant sa réaction, certains ont commencé à mettre le holà à cette pratique en refusant la vente. Pour l’anecdote, ayant identifiés ce petit manège, d’autres ont prétexté une rupture de stock, et, avec un certain humour, ont proposé aux adolescents les suppositoires.

Puis, aaaaaaaaabracarambar ! Grâce à l’alerte des pharmaciens, l’ANSM a enquêté. Entre janvier et août 2015, elle a identifié au moins 8 hospitalisations provoquées par ce mélange. Et elle a mis en évidence un faisceau d’indices indiquant une pratique en augmentation. Fin 2015, quand y’en a marre y’a Malabar, l’ANSM décide de retirer également du libre-accès les anti-allergiques qui composent le Purple Drank.

Autorité de Santé 1, Autorité de la Concurrence 0.

🎼 🎤Sugar, ah honey honey
You are my candy girl
And you’ve got me wanting you 🎤

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s