Et pourtant, les enfants avaient été vaccinés !

VGAVI_Global_Alliance_Save_Childrens_Lives_pledging_conference_(5827417113).jpgoilà une phrase que les antivaccins utilisent régulièrement pour fustiger l’absence d’efficacité des vaccins : « Regardez, dans telle école, la majorité des enfants malades avaient pourtant été vaccinés. Ce vaccin ne protège pas contre la maladie. » Cette logique est imparable pour les antivaccins car elle part sur un vrai constat. Oui, dans certains établissements, parmi les enfants infectés, il y a parfois plus de vaccinés que de non vaccinés. Mais si ce constat de départ peut être bien réel, les conclusions hâtives des antivaccins tourne le dos aux statistiques et à l’épidémiologie pour asséner cette fois une contre-vérité :  le vaccin serait inefficace. Retour sur ce mythe.

L’école maternelle fictive Louis Pasteur
Prenons l’école fictive Louis Pasteur. Cette grande école contient 1 000 élèves. Admettons que cette école est une parfaite illustration des données de l’InVS sur le taux de couverture vaccinale pour la rougeole par exemple (source ici). 96,4% des enfants ont reçu une dose et 83,2% ont reçu une 2e dose.

Simplifions :

  • 36 enfants de l’école Louis Pasteur ne sont pas vaccinés
  • 132 ont reçu 1 seule dose
  • et 832 ont reçu 2 doses.

Quel est l’efficacité du vaccin contre la rougeole ?

Selon l’INPES (source ici), l’efficacité réelle du vaccin pour les enfants ayant reçu les 2 doses serait au alentour de 95 %. Selon l’Agence de Santé Publique du Canada (source ici), l’efficacité du vaccin quand on a reçu une seule dose se situe à 85%.

Appliquons ces taux à notre école fictive Louis Pasteur :

  • 20 enfants de l’école Louis Pasteur ne sont pas protégés contre la rougeole alors qu’ils ont reçu 1 dose de vaccin
  • Et 42 enfants ne sont pas protégés alors qu’ils ont reçu 2 doses de vaccins.

Vous avez compris où je veux en venir. Mais déroulons ce calcul jusqu’à sa fin en inventant une épidémie fictive.

Urgence ! Une épidémie de rougeole touche l’école maternelle Louis Pasteur
La rougeole est une maladie très contagieuse. Pour notre cas pratique, je vous propose arbitrairement de fixer le taux de contagion à 50 % : parmi les enfants non protégés 1 enfant sur 2 sera infecté. L’école Louis Pasteur connaitra alors 49 cas de rougeole. Parmi ces 49 cas, 18 enfants n’auront pas été vaccinés et 31 auront reçu 1 ou 2 doses de vaccins.

Et c’est sur ce constat que les antivaccins concluront fièrement qu’il y a plus d’enfants vaccinés qui attrapent la rougeole que d’enfants non vaccinés. Ils affirmeront alors sans honte que le vaccin contre la rougeole est inefficace. Alors que c’est tout l’inverse. 18 enfants non vaccinés sur 36 ont été infectés (soit 50 %) alors que parmi les vaccinés, seuls 31 enfants sur 964 ont été infectés (soit 3%). Les antivaccins utilisent ainsi des valeurs absolues pour nier une réalité : La vaccination protège les enfants d’une infection qui peut être redoutable.

Sortons de ce cas pratique et regardons les données épidémiologiques.

En 2010, en France, 82% des personnes infectées par la rougeole n’étaient pas vaccinés
Selon l’INPES, en 2010, parmi les cas de rougeole recensés, 82% n’étaient pas vaccinés, 13% avaient reçu 1 seule dose et 3% deux doses (pour 2% le nombre de doses n’étaient pas précisés). Près de 30% des personnes infectées ont été hospitalisés.

Conseil aux antivaccins : pour supprimer définitivement la vaccination…faites-vous vacciner.
Qui se fait encore vacciner contre la maladie de la variole ? Personne. Pourquoi ? Car la vaccination a permis l’éradication de la maladie. En refusant de se faire vacciner, les antivaccins retardent l’éradication de la diphtérie, la polio, la coqueluche, la rougeole, la rubéole, l’hépatite B ou encore les oreillons. Ils obligent donc les autorités sanitaires à prolonger les politiques de vaccination dans l’espoir d’en finir un jour avec ces maladies. Ce jour venu, on arrêtera la vaccination. Les pro-vaccins se battent pour que ce jour survienne. Les antivaccins ne font que le retarder.

Advertisements

9 réflexions sur “Et pourtant, les enfants avaient été vaccinés !

  1. libertie dit :

    Votre argumentaire pourrait être intéressant s’il avait tenu compte du fait que logiquement aucun enfant vacciné n’aurait du avoir la rougeole puisque le vaccin est sensé être protecteur. Là, on voit que ce n’est pas le cas. Il y aurait du avoir 36 enfants atteints de rougeole, et zéro du coté des vaccinés… Même avec 95% d’efficacité… Car, vous n’avez pas tenu compte de deux autres facteurs: le premier est le pouvoir mutagène d’un virus vaccinal. La seconde est le fait que chaque individu a un système HLA différent et va réagir différemment au vaccin mais aussi à la maladie. On a eu la rougeole, (c’était une maladie bénigne quand j’étais enfant, elle est devenue grave quand on a sorti le vaccin….) Nous avons ainsi développer notre propre immunité… sans le vaccin

    J'aime

    • La Coupe d'Hygie dit :

      Merci pour votre commentaire. Certaines personnes ne répondent pas à la première dose. C’est pourquoi une 2e est incluse au schéma vaccinal. Et cette 2e dose permet d’augmenter le pourcentage de personnes protégées.

      Autre point que vous abordez la rougeole serait une maladie bénigne. Peut être avez-vous oublié ce qu’est la rougeole. Le vaccin est commercialisé en 1963. Aux USA, chaque année entre 1958 et 1962, 500 000 personnes étaient infectés par la rougeole et 432 en mouraient. 1 personne sur mille. Libre à vous de considérer qu’une maladie tuant 1 personne infectée sur mille est bénigne.

      J'aime

  2. Julie dit :

    Très bonne explication.

    juste pour chipoter un peu…
    – le taux d’efficacité de 95% du guide des vaccinations 2012 concerne le cas à une dose (même si il est vrai que le texte n’est pas clair en ce sens)
    – le lien canadien indique d’ailleurs que c’est entre 85% et 95% après une dose et près de 100% après deux doses.
    – ici: http://www.hc-sc.gc.ca/fniah-spnia/famil/immun-vaccin/faq-qpf-fra.php, il est question de 90 à 95% après une dose et il y a une explication similaire à le vôtre concernant l’interprétation des statistiques par les antivax 😉

    -Toutes les maladies citées en conclusion ne sont pas éradicables. Par exemple,la diphtérie et la coqueluche ne sont pas éradicables avec les vaccins dont on dispose actuellement
    http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/su48a26.htm

    Bonne continuation,
    Julie

    J'aime

    • La Coupe d'Hygie dit :

      Merci pour votre commentaire. Vous avez raison de chipoter. Ca permet de revenir sur des points d’imprécisions.

      – Pour le taux d’efficacité à 95%, l’INPES précise dans cette source qu’une majorité d’étude place un taux d’efficacité au delà de 95% des années après la vaccination. Mais des études le fixent également entre 90 et 95%. J’ai donc pris 95% comme référence (mais si cela ne change pas fondamentalement l’explication).
      Sur le document de l’INPES, il n’est pas précisé 1 ou 2 doses. Je fais la supposition qu’il s’agit de l’efficacité après 2 doses puisque sinon la vaccination serait incomplète.

      – Pour le taux d’efficacité à 85%, Santé Canada précise qu’il s’agit du taux d’efficacité juste après la vaccination (et non des années après). J’ai délibérément choisi la borne inférieure proposée.

      Il est probable que les taux d’efficacité soient légèrement meilleurs que ceux utilisés dans ce cas. Mais même avec les taux présentés, on comprend l’intérêt de la vaccination.

      Concernant l’éradication de la coqueluche et de la diphtérie, elles ne sont pas impossibles. Mais comme vous le soulignez sur votre excellent blog, elle sera difficile pour la coqueluche et certaines incertitudes existent sur l’éradication de la diphtérie. Cependant, cela ne doit pas nous empêcher de garder cet objectif possible en tête.

      J'aime

  3. Miko dit :

    Merci. Les mouvements anitvax font partie des choses qui me révoltent le plus. Le combat contre ce courant est avant tout une lutte contre la désinformation. Le problème c’est que cela ne se fait pas pas facilement. C’est difficile de convaincre des gens que leur opinions sont fausses car basées sur des faits biaisés voire totalement mensongers.
    Pour changer les choses je pense qu’il faut déployer beaucoup de patience et de pédagogie. Cela passe surtout par un accès à une information scientifique transparente et objective. Beaucoup de personne ignorent qu’une vaste partie de cette information est totalement libre d’accès et peu font l’effort d’aller la chercher. Pour moi le fond du problème est là: s’informer intelligemment est une tâche active qui requiert du temps, de l’énergie et un soupçon d’esprit critique. Mais c’est pourtant le seul chemin qui mène à la vérité. Malheureusement les antivax (mais pas que) se font trop souvent manipuler par des vérités toutes faites et des arguments pseudo-scientifiques qu’on leur brandit à la face.

    Aimé par 1 personne

  4. lapharmacienne dit :

    C’est stupéfiant ! Même en démontrant par A + B la nécessité de la vaccination et son utilité, il reste des sceptiques qui réutilisent ces mêmes chiffres mais dans le mauvaise sens pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas et les mettre au service de leur théorie nébuleuse !
    Mais merci beaucoup pour cet article une fois de plus très instructif à lire sans modération.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s