Dépakine : A quand l’harmonisation des notices et des RCP ?

11889639294_62540ace13_bPour commencer cet article, un petit disclaimer s’impose. Je n’ai nullement l’intention de remettre en cause l’intérêt de la Dépakine dans l’arsenal thérapeutique. Je ne vais pas non plus me prononcer sur les affaires « Dépakine » en cours. Les articles de presse ou blog médicaux sont suffisamment nombreux pour suivre ces affaires. Par contre, je vais me concentrer sur un point qui est selon moi, encore en 2015, un vrai problème dans l’information délivrée au patient : l’harmonisation des notices et des RCP (le Résumé des Caractéristiques du Produit que l’on retrouve sur le site de l’ANSM ou sur le Vidal).

L’affaire « Dépakine » un défaut d’information comme déclencheur
Fin Mai, une famille décide de porter plainte pour dénoncer selon eux la mauvaise information délivrée aux patientes prenant Dépakine. Ce médicament augmente les risques de troubles de développement chez l’enfant exposé in utéro (ce qui en français veut dire pendant la grossesse).
La communauté médicale, elle, est étonnée. En effet, pour les prescripteurs, ce risque est connu depuis les années 1980. Pourquoi cette « affaire » sort donc aujourd’hui ?

Une modification du libellé « Grossesse »
La famille qui porte plainte indique que jusqu’en 2006, le RCP de Dépakine, dans la rubrique Grossesse, donnait la recommandation suivante :
«Chez une femme épileptique traitée par le valproate, il ne semble pas légitime de déconseiller une conception.»
Cette famille note ensuite qu’en 2007 cette mention disparaît, pour être remplacée par «si une grossesse est envisagée, toutes les mesures seront mises en œuvre pour envisager le recours à d’autres thérapeutiques».

Dans la notice, les recommandations du RCP se traduisaient ainsi :

Avant 2006 :
« En cas de désir de grossesse, prévenez votre médecin, une surveillance particulière devra être mise en place.
En cas de grossesse, votre traitement devra éventuellement être adapté. Il est important de ne pas arrêter le traitement car il existe un risque de réapparition de crises pouvant avoir des conséquences pour vous ou votre enfant. »
Pour résumer, surtout n’arrêtes pas ton traitement et discutes en la prochaine fois avec le médecin qui te dira quoi faire.

Après 2007, la recommandation dans la notice change donc radicalement en même temps que le RCP :
« L’utilisation de ce médicament est déconseillée, sauf avis contraire de votre médecin, pendant la grossesse. Si vous découvrez que vous êtes enceinte pendant le traitement, consultez rapidement votre médecin lui seul pourrait adapter le traitement à votre état. »
Pour résumer : ne prends pas ce médicament sauf si vraiment le médecin insiste et file en 4e vitesse le voir si ton test de grossesse est positif.

Là encore, je n’entre pas sur les motivations de ce type de libellé et du changement. Ce qui m’intéresse, ce sont les mises à jour.

L’arbitrage européen, une chance pour le patient
La famille qui porte plainte avance que cette information était connue ailleurs en Europe et que l’EMA (l’Agence Européenne) a forcé l’ANSM à mettre à jour l’information. C’est possible.
Il est fréquent que les autorités européennes (EMA et CMD(h)) entreprennent un arbitrage (referral) pour harmoniser les notices des médicaments à travers l’Europe. On s’est ainsi rendu compte que les notices pouvaient contenir des recommandations parfois très différentes entre les pays. Cet arbitrage survient souvent à l’occasion d’un problème de santé publique qui nécessite de revoir l’information donnée aux patients et aux médecins.
Pour le Valproate de Sodium, cependant, je ne retrouve pas trace d’un tel arbitrage en 2006-2007 sur le site de l’EMA.

De mon expérience, je vois l’arbitrage européen comme une très grande avancée pour le patient français car il oblige les labos et l’ANSM à mettre à jour presque immédiatement toutes les notices et les RCP d’un produit ou d’une gamme de produits. L’ANSM (ou tout autre autorité d’un Etat membre) peut d’ailleurs initier ce type d’arbitrage ce qu’elle n’hésite pas à faire, par exemple pour les pilules.

Et c’est maintenant que vous allez comprendre pourquoi je me félicite d’une telle avancée.

Cas 1 : Le Valproate de Sodium
Allons faire un tour sur le répertoire de l’ANSM et commençons par…le Valproate de Sodium (Depakine et ses génériques).

On constate que désormais le RCP de Dépakine et de tous les génériques ayant une AMM valide contiennent bien ces mentions. La dernière mise a jour de TOUS les médicaments contenant du valproate de sodium date d’ailleurs du 22 mai 2015.
Capture d’écran 2015-06-14 à 22.53.21
Par contre, un médicament générique dont l’AMM a été abrogé en 2013 n’était toujours pas à jour.
Capture d’écran 2015-06-14 à 22.51.13C’est franchement ennuyeux pour une mise à jour faite sur le princeps Depakine en 2007. Ces mentions obsolètes étaient donc encore présentes dans les RCP de ce médicament générique jusqu’en 2012 (date de l’arrêt de la commercialisation).

Capture d’écran 2015-06-14 à 23.04.33

Cas 2 : Le Bisoprolol
Autre exemple maintenant avec le bisoprolol. Ce médicament bétabloquant est utilisé pour traiter des maladies cardiovasculaires. L’autorisation de mise sur le marché (AMM) du princeps (le premier médicament sous brevet contenant le bisoprol) a été enregistrée via une procédure nationale. La France a donc évalué seule ce dossier. Quelques années plus tard, les médicaments génériques débarquent. Pendant ce temps, les procédures d’enregistrement évoluent et les labos peuvent soit demander une AMM pays par pays (procédure nationale donc) soit demander l’autorisation à plusieurs pays en meme temps et en 1 seule fois. On parle alors de procédure européenne, et plus précisément dans cet exemple de procédure décentralisée.

Le laboratoire Mylan a enregistré ce médicament par une procédure nationale. Seule la France a évalué le dossier.
L’information donnée par la notice sur la grossesse n’est pas spécialement alarmant.
Capture d’écran 2015-06-15 à 00.23.59Le laboratoire Actavis a, quant à lui, préféré enregistrer le même médicament par une procédure décentralisée. La France a évalué avec d’autres pays européens le dossier d’enregistrement. Et là, l’information donnée dans la notice pour la grossesse n’est plus la même.

Capture d’écran 2015-06-14 à 23.36.15

Et le princeps ?
Comme il existe 2 indications différentes, le laboratoire propriétaire du princeps a développé 2 marques différentes pour le même dosage. Simple, non? Et que cela soit Cardensiel (enregistré via une procédure européenne) et Detensiel (enregistré via une procédure nationale), l’information sur la grossesse est identique à la notice d’Actavis.
Detensiel a été mis à jour sur le site de l’ANSM en octobre 2013.
Depuis 18 mois, l’information donnée par la notice Bisoprolol Mylan sur le site de l’ANSM n’est plus à jour. Ennuyeux pour la patiente, n’est-ce pas ?

Et malheureusement cet exemple n’est pas isolé. Pour le même produit, selon sa procédure d’enregistrement, le patient peut avoir 2 informations différentes sans qu’une procédure d’harmonisation ne soit déclenchée automatiquement par la France.
Devra-t-on là aussi attendre un arbitrage européen pour avoir la même information pour tous les bisoprol qu’il soit enregistré par procédure nationale ou par procédure européenne ?

Advertisements

3 réflexions sur “Dépakine : A quand l’harmonisation des notices et des RCP ?

  1. petitemarie69 dit :

    Bonjour, j’ai pris 7 Dépakine Chrono 500 pendant ma grossesse et ma fille en a également subit les conséquences : Retard psychomoteur, troubles du comportement. Née en 1996, je n’ai à aucun moment été informé en cas de grossesse avec 1 comprimé déjà avant la grossesse, ni jamais on ne m’a proposé de changer mon traitement. Vous pouvez retrouver mes 2 articles sur mon blog dans la catégorie Coups d’Colère : Droguées et Une Petite Fille dans la Vase. Cordialement

    Aimé par 1 personne

    • La Coupe d'Hygie dit :

      Merci pour ce commentaire et ce témoignage important. J’espère que votre combat permettra un changement de mentalité sur l’importance de fournir une information complète, lisible et accessible au patient.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s